Quand le petit roi Louis reviendra chez nous

Le 30 juillet 2018, je réalisais cette illustration pour le poème du petit roi Louis rédigé en octobre 2016 sous l’air pour ceux qui le connaissent du chant : "quand le petit roi Louis reviendra chez nous".

Si nous faisons un rapprochement avec l’histoire, le 30 juillet 1104 le roi Philippe 1er en conflit avec l’Église après avoir répudié son épouse assistait au concile de Beaugency comme le nom de l’abbatiale où il se tenait. Étaient présents les abbés Yves de Chartres et Robert d’Arbrissel le fondateur de Fontevrauld.

Le 30 juillet 1830 après la révolution des trois glorieuses et la chute de Charles X, le duc Louis-Philippe d’Orléans devenait le lieutenant général du royaume chargé d’assurer la régence le temps de la minorité de celui qui deviendra le comte de Chambord. Le pouvoir lui grisant les doigts il gardera le trône qu’il occupera sous le nom de Louis-Philippe 1er.

En ce temps d’attente du successeur de notre petit roi Louis, gardons la foi et l’espérance de cet heureux dénouement qui redonnera à la France son rang de fille aînée de l’Église pour le triomphe des Cœurs Sacrés de Jésus et de Marie.

Vous le petit roi Louis qui sur terre a souffert

Nous qui cherchons en vain la fin de cet enfer

Demandez au Bon Dieu de changer le destin

Du royaume de France pour le bien servir (bis)

 

A la prison du temple vous fûtes enfermé

Vous le petit dauphin si pur et si lucide

De votre petit chien vous fûtes même séparé

Des larmes de votre corps vous avez tant pleuré (bis)

 

Louis Seize votre père si doux si aimant

Privé de ses bons droits le royaume bafoué

Elisabeth de France votre si pieuse tante

La reine votre mère qu’ils poussèrent au parjure (bis)

 

Votre destin si flou que le doute nous hante

Nous les enfants perdus en souffrance du Lys

Nous espérons en Dieu attendons le salut

Sacré Cœur de Jésus là est la solution (bis)

 

Lorsque le descendant des Louis reviendra

Nous accourrons à Lui nos bras chargés de fleurs

Avec nos pleurs nos cris et nos joies indicibles

Nos étendards levés flottants droits dans le vent (bis)

 

Pour lors nos cœurs d’amour se sont rassemblés

A l’appel de la Croix à l’écoute des voies

De Marie Jahenny les prophéties résonnent

C’est Henri le cinquième qui marchera dans vos pas (bis)

Tous droits réservés à Louis Chiren

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now