Notre Dame de Pontmain

Cette illustration a commencé les 8 et 9 novembre 2016. Il y a eu une trêve forcée pour le 11 novembre fête de la saint Martin dont la célèbre cape aurait inspiré le nom des capétiens. Elle s’est terminée le 12 novembre. Le 8 novembre 392, l'empereur Théodose proclame le christianisme religion officielle de l'Empire romain et interdit les autres cultes. Le 8 novembre 1226 voit l’avènement de Louis IX futur saint Louis. L’illustration de la "pucelle" du 153ème RI (en bas de page) a été réalisée le 13 novembre. Le 13 novembre 354 voyait la naissance de saint Augustin à Tagaste. Ce 13 est également la fête de saint Brice, enfant trouvé par saint Martin qui le confiera au monastère de Marmoutier.

La Sainte Vierge se trouve dans une mandorle. C’est une figure géométrique dessinée à l'aide de deux cercles. Au centre y sont placés le Christ où Notre Dame. Elle indique la personne par laquelle il faut passer pour parcourir le chemin entre le Ciel et la terre. L’implantation du Christ dans une mandorle sur le tympan de la porte d’une église révèle le symbolisme du passage de l'extérieur de l'église à l'intérieur de l'église et préfigure ainsi le passage des vivants du monde terrestre au monde céleste. Bien entendu comme la mandorle de la médaille miraculeuse, il faut passer par la Sainte Vierge pour aller à son fils bien-aimé.

Dans mon jeune âge je fis un pèlerinage à Pontmain qui me marqua l’esprit. Deux petites démarches artistiques en découlèrent. Pour la première, j’eus le privilège de réaliser une banderole d’azur étoilée (avec l’aide de deux âmes pieuses) ornée de la célèbre phrase de la Sainte Vierge. Elle fut exposée dans la chapelle du château de Varennes-l’Enfant en Mayenne. Peu de temps après je fus affecté au 153ème RI à Mutzig. Cet ancien régiment d’infanterie de forteresse (RIF) protégeait autrefois le secteur fortifié de la Sarre (on disait: SF de la Sarre). La "pucelle" du régiment, terme très riche de sens puisque nous rapprochant de sainte Jeanne d’Arc, désigne son insigne. Il a une forme d’écu de métal couronné de 3 sortes de triangles représentant des fortifications à la Vauban (voir illustration en bas de page). Le fond est blanc, une ligne rouge en diagonale rappelle la décoration la plus haute obtenue au combat par le régiment. Un trèfle à quatre feuilles de couleur verte, trône en son centre. Au cours de ce service sous les armes, un camarade me présentât un jour un Christ sans Croix trouvé lors d’une marche dans les montagnes du ballon d’Alsace. Je confectionnais une Croix de bois à double traverse et y fixais Notre Seigneur. Je le peignis en rouge et blanc pour la traverse du haut avec les mots "Jésus Christ". Ce fut donc ma seconde démarche en rapport avec Pontmain.  

***

Le 153ème RI désormais dissous était placé sous le patronage de saint Maurice, de même la ville Alsacienne de Mutzig. Saint Maurice est aussi le saint patron des gardes Suisses Pontificaux.

Pour ce qui est du trèfle. C’est un meuble d’armoirie présentant une herbe commune dans les prairies et qu'on a mise au rang des fleurs dans le blason. Son émail particulier est le sinople.

Le trèfle a une petite queue ondoyante, ce qui le distingue de la tiercefeuille, qui n'en a point.

Selon quelques-uns, les trèfles signifient un pays abondant en fourrages. Ceux qui en ont dans leurs armes les portent en mémoire de leurs ancêtres ayant eu la charge de régir les campements de cavalerie dont ils avaient eu le commandement. En général ils ont trois feuilles, celui-ci en a quatre.

***

Saint Augustin nous dit : "l’inintelligence des nombres empêche d’entendre beaucoup de passages figurés et mystiques des Ecritures… dans beaucoup de formes des nombres, sont cachés certains secrets de similitude qui, à cause de l’inintelligence des nombres restent inaccessibles pour le lecteur".

***

Jean 21 : 11 "Simon Pierre monta dans la barque, et tira à terre le filet plein de cent cinquante-trois grands poissons; et quoiqu'il y en eût tant, le filet ne se rompit point".

Qu’évoque le chiffre 153 qui de la pêche miraculeuse de Pierre se ravive dans le chiffre d’un des régiments défenseur de la terre de France ?

Le 153 est un chiffre triangulaire, c'est-à-dire qu’il renferme le chiffre 17. En effet vous pouvez former une pyramide ayant une base de 17 pierres que vous élèveriez sur 17 étages (en ôtant une pierre à chaque étage). Vous obtiendriez ainsi 153 pierres formant un triangle équilatéral de 17 pierres par côté.

Une notion fondamentale de la science des nombres développée depuis l’Antiquité tirée en particulier de l’école pythagoricienne est la notion de racine essentielle  ou addition triangulaire d’un nombre.

Ainsi le nombre 153 est la "gloire" du nombre 17. Il renvoie par miroir au nombre 351 qui est lui-même la gloire du nombre 26. Enfin le 26 est la gematria du tétragramme  "hwhy"  soit l’Eternel Dieu d’Israël.

 Personnellement je n’y entends rien en chiffres mais si l’on considère les paroles de  saint Augustin et le fait que l’illustration de la pucelle du 153ème RI a été créée le jour de sa naissance, c’est un signe. Je me suis donné la peine de faire des recherches car par intuition je présentais quelque chose d’important.

Le chiffre 17 est celui du Christ, saint Augustin dit de lui : "dans le nombre dix-sept comme dans ses multiples on trouve un sacrement admirable".

Ce fut le 17 janvier 1871 que Notre Dame de Pontmain apparut dans le ciel de France. Le code postal de la commune est le 53220, il n’y a pas se hasard dans le plan divin, nous pouvons rendre hommage à la démarche que fait "chouan de cœur" (cliquez sur la banderole pour consulter son site) pour la supplique de chaque 17 du mois. Cette dernière a été saluée par les cœurs croisés. La France fidèle est unie pour son Roi qui nous donnera son petit roi d’amour.

***

"Jésus vit, en passant, un homme aveugle de naissance. Ses disciples lui firent cette question: Rabbi, qui a péché, cet homme ou ses parents, pour qu'il soit né aveugle? Jésus répondit: Ce n'est pas que lui ou ses parents aient péché; mais c'est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui. Il faut que je fasse, tandis qu'il est jour, les œuvres de celui qui m'a envoyé; la nuit vient, où personne ne peut travailler. Pendant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde".

 

"Jésus apprit qu'ils l'avaient chassé (les pharisiens avaient chassé l’aveugle) et, l'ayant rencontré, il lui dit: crois-tu au fils de Dieu? Il répondit: et qui est-il, Seigneur, afin que je croie en lui? Tu l'as vu, lui dit Jésus, et celui qui te parle, c'est lui. Et il dit: Je crois, Seigneur. Et il se prosterna devant lui. Puis Jésus dit: Je suis venu dans ce monde pour un jugement, pour que ceux qui ne voient point voient, et que ceux qui voient deviennent aveugles. Quelques pharisiens qui étaient avec lui, ayant entendu ces paroles, lui dirent: Nous aussi, sommes-nous aveugles? Jésus leur répondit: si vous étiez aveugles, vous n'auriez pas de péché. Mais maintenant vous dites: Nous voyons. C'est pour cela que votre péché subsiste".

 

Dans cette bataille de France qui continue. Que les justes voient la lumière du Christ et restent dans le silence de la prière. Merci aux "pauvres pèlerins du roi" et aux cœurs croisés pour leurs démarches de salut. Notre Dame de Pontmain, Notre Dame de l’Espérance, gardez vos enfants dans votre cœur immaculé. Car votre main sera le pont qui nous mènera à votre fils du cœur duquel le roi sortira.

AMEN

 

 

Noble et belle pucelle

Sainte Jeanne en armure

Des frontières de la France

Vous êtes le rempart

Vous redonnerez la blancheur

Au drapeau de nos cœurs

Par le rouge de saint Denis

Pour la branche coupée

Ce trèfle de l’espoir

Quatre feuilles d’exception

Cœurs des rois trépassés

Au printemps reviendra

La rose de Marie

Tous droits réservés à Louis Chiren

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now