Le trèfle gardien du Lys

Cette illustration est née les 28 octobre et 1er novembre 2018. Le 28 nous fêtions le Christ Roi qui est le seul juge et le vrai Roi  "Iudex et Rex". Nous nous rappelons ce même jour la victoire de l’empereur Constantin au pont Milvius sur le Tibre. Une vision de la Croix dans le ciel et les mots "In hoc signo vinces " furent les miracles du moment. Le 1er novembre nous invoquions tous les saints nous recueillant pieusement en pensant à ces élus qui s’élevèrent par leurs vertus.

Trois jours après la création de cette page, je me suis aperçu d’un signe magnifique du Ciel. L’illustration est née le 28 octobre jour anniversaire de la vision de l’empereur Constantin et fête du Christ roi. Et bien parmi les cinq régiments irlandais venus renforcer l’armée du roi de France et dont plusieurs s’illustreront à la bataille de Fontenoy, la phrase apparue dans le Ciel aux yeux de l’empereur romain figure en bonne place sur leurs drapeaux régimentaires. Comme vous pouvez le constater sur celui du colonel du régiment de Berwick fondé en 1698  "In hoc signo vinces ". Comprenne qui voudra.

Cartouche de bois peint par Louis Chiren, Helvetiorum Fidei ac Virtuti, gardes Suisses de Louis XVI, monument du lion de Lucerne, journée du 10 août 1792
Cartouche de bois peint par Louis Chiren, Helvetiorum Fidei ac Virtuti, gardes Suisses de Louis XVI, monument du lion de Lucerne, journée du 10 août 1792

Le Lys que voici est ceint d’une couronne de trèfles. Sans l’avoir voulu il y a vingt six trèfles qui la composent. C’est le nombre de générations qui va du roi David au Christ et selon l’évangile de saint Matthieu le même nombre allant d’Adam à Moïse. Il illustre le poème en l’honneur de saint Patrick, le saint patron de l’Irlande qui passant par les îles Lérins pour se former auprès de saint Honorat créa le trèfle trinitaire, symbole puissant, promesse de Victoire.

Souvenons-nous également qu’en 1690, Louis XIV en échange d’un appui militaire suite au renversement du roi Jacques II d’Angleterre et d’Irlande en 1688 et de l’arrivée de réfugiés jacobites constituée d’une majorité d’Irlandais, exigea qu’un contingent de cinq régiments d’infanterie Irlandais passe à son service. Tout d’abord composés majoritairement de jacobite anglais, les  "oies sauvages" c'est-à-dire les Irlandais arriveront en masse.

Les historiens estiment à environ 19000 hommes le contingent venu constituer ces régiments au service de la couronne après le traité de Limerick. Le "vol des oies sauvages" comme on le nommait à l’époque continuera jusque vers la fin du XVIIème siècle avant que le roi-soleil ne licencie une partie des régiments étrangers. Cette immigration jacobite aura donné quatorze lieutenants-généraux et dix-huit maréchaux de camp aux armées du roi de France.

Ainsi sur cette île chargée de mystère par la présence du masque de fer, béni par le passage de grands saints, nous pouvons penser qu’une protection surnaturelle couvre la personne du roi caché. Le souvenir de ces régiments Irlandais au service du Lys de France perdure et doit conforter notre espérance par le trèfle trinitaire de saint Patrick. Car si telle est la sainte volonté du Très Haut, le roi qui sera sacré à Reims lui rendra hommage et le servira pour que la Croix soit louée et adorée avant que n’advienne le retour du maître dans sa gloire. Par ce signe il vaincra étant annoncé comme porteur du vocable de la Croix.

Laissé moi vous conter

L’histoire de saint Patrick

Ou Patrice chez nous

Vénéré de l’Irlande

Irlande catholique

Par lui convertie

Le breton insulaire

Né de mère Gauloise

 

Captivé en Irlande

Et vendu comme esclave

Devenu berger

Viendra sa conversion

 

Dieu lui parle par un songe

Il rejoint sa Bretagne

Retrouve sa famille

Embrasse la prêtrise

 

En passant par la Gaule

Il gagnera les îles

Etudes théologiques

C’est à Saint-Honorat

 

Puis se rend à Auxerre

Près du grand saint Germain

Evêque deviendra

Pour son apostolat

Le pape Célestin

Le presse pour l’Irlande

Au monarque il prêcha

Les princes convertira

 

Le trèfle est sa trouvaille

Une figure trinitaire

Rappelant la chapelle

Des îles de Lérins

 

Il fonde des monastères

Sur la terre d’Irlande

Puis se retire au nord

Préparer sa belle mort

 

Il laisse une paix civile

Pour un peuple converti

Ses monastères partiront

Vers l’Europe en mission

 

Le trèfle Trinitaire

Appelé trèfle blanc

Protège aussi le Lys

La terre de Patrice

 

Trinité révélée

Présence souveraine

A un printemps prochain

Elle plantera son grain

bouclier du roi, in hoc signo vinces, par ce signe tu vaincras

Tous droits réservés à Louis Chiren

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now