Le Pantagruel républicain

Cette œuvre est la centième depuis cette aventure commencée le 29 juillet 2015 à Sainte Anne d’Auray. Elle a vu le jour le 8 mars pour s’achever les 14 et 15 mars 2020.

Le 8 mars nous fêtions le deuxième dimanche de Carême.

L’évangile du jour parlait de la Transfiguration de Notre Sauveur.

Matthieu 17,1-9

"En ce temps-là, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère et il les conduisit à l’écart, sur une haute montagne.

Et il se transfigura devant eux : son visage resplendit comme le soleil et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière.

Et voilà que Moïse et Élie leur apparurent, conversant avec lui.

Prenant la parole, Pierre dit à Jésus : "Seigneur, il nous est bon d’être ici ; si vous le voulez, je vous ferai ici trois tentes, une pour vous, une pour Moïse et une pour Élie". Il parlait encore, lorsqu’une nuée lumineuse les couvrit, et voilà que du sein de la nuée une voix dit ; "Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis mes complaisances : écoutez-le".

Le 14 mars 1590 au petit matin, Henri IV emportait une bataille non loin du village d’Ivry-sur-L’Eure. À cette occasion il prononcera cette phrase qui entrera dans l’histoire : "…Si vous perdez vos enseignes, cornettes ou guidons, ne perdez point de vue mon panache, vous le trouverez toujours au chemin de l’honneur et de la victoire…".

Enfin le 15 mars nous fêtions saint Cyprien, évêque de Carthage (200-258) : "Tout royaume divisé devient un désert"

"Nul ne peut avoir Dieu pour père s’il n’a pas l’Église pour mère…Le Seigneur nous en avertit en disant : "Celui qui brise la paix et la concorde du Christ agit contre le Christ ; celui qui rassemble en dehors de l’Église dissipe l’Église du Christ".

Cette illustration vous présente un homme au milieu des ruines du palais Bourbon (ou assemblée nationale) portant la veste des jacobins. Il semble jeune, un léger embonpoint laisse penser qu’il s’est laissé aller à une vie de plaisirs variés et de bombance. Son regard est triste, les traits épais, il est épuisé, incapable de quitter ce palais dans lequel il s’était illustré aux côtés des puissants. Vous l’avez remarqué, c’est un géant qui dépasse allègrement les colonnes du palais.

J‘ai souhaité montrer par cette interprétation le fait que la république dès son origine est une ogresse, une sorte de Gargantua qui n’a eu de cesse de dévorer l’ancien ordre et de réduire à néant tous ceux et celles qui se mettaient en travers de son chemin. Son règne aura mis à sa tête une progéniture nombreuse ayant ses traits de caractère, maudissant la monarchie déchue tout en la singeant.

Ses héritiers politiques sont des sortes de Pantagruel que les fastes et les ors républicains attirent au point pour certains, hantés par la soif du pouvoir, d’enfler d’orgueil et de dépasser les concurrents, dominant le petit peuple d’où cette taille hors normes, qui les présente comme des sortes de monstres de la démesure.

Cette veste jacobine est aussi appelée "veste en carmagnole", portée par les fédérés marseillais dès 1791. Ce nom hérité du fameux chant révolutionnaire créé au moment de la chute de la monarchie le 10 août 1792 (le club y jouera un rôle occulte), nos gardes Suisses tombant au champ du Lys.

Ce chant étant originaire de Carmagnola en Piémont gagna tout d’abord la région de Marseille avant d’atteindre la capitale. Le nom dérivera peu à peu désignant par exemple les discours prononcés à la tribune de la convention. Rappelons que le jacobinisme est une idéologie (et un pouvoir) développée à la révolution dite française. Cette doctrine tendait à centraliser le pouvoir en le faisant exercer par une élite technocratique. Il a survécu dans nos sphères politiques et  inspirera même l’Union Soviétique au XXème siècle.

Le jacobinisme et son idéologie mortifère se confondent avec la Terreur et le comité de salut public. Aux XIXème et XXème siècle il sera synonyme de dictature révolutionnaire. C’est dire le terrible héritage de ce jacobinisme qui entrera d’une manière épurée en 1880 au patrimoine national de la république française.

Pantagruel fut le premier livre de Rabelais, publié en 1532 tandis que Gargantua paraîtra en 1534. Cette fable nous explique-t-on de nos jours visait à mettre en opposition l’esprit obscurantiste du Moyen Âge en opposition avec les découvertes de la Renaissance.

Si nous faisions nôtre cette interprétation, nous pourrions dire que les cadres de la république endossant les personnages de Gargantua et de Pantagruel correspondraient à une période obscure post-monarchique inversant au passage l’ordre susnommé.

Considérons maintenant la façade bien connue du palais Bourbon. Cette dernière transformée entre 1806 et 1810 verra son fronton changer pas moins de quatre fois par les régimes successifs. Ce sont les sculptures issues de la monarchie de juillet que nous pouvons contempler actuellement sur ce temple de la raison.

Douze colonnes en supportent le poids. Marie Julie Jahenny avait eu des visions précises sur ce lieu qu’elle appelle la salle de l’enfer : "où se fabriquent les mauvaises lois", un feu violet brûlerait dans ses entrailles, il serait foudroyé et à la place : "il y aura comme une immense carrière de laquelle, jusqu’à la fin du monde, on ne pourra s’approcher sans un frémissement d’horreur".

Le monument prend donc un aspect de ruine, il ne subsiste que huit colonnes sur les douze, le Pantagruel républicain fait office de cariatide lui qui est devenu un élément à part entière de ce monument hérité de la déesse raison. Rappelons-nous, pour nous en persuader l’affirmation cinglante de l’un de ses frères il y a peu de temps: "je suis la république".

Le fronton fendu en son centre illustre aussi que cette pyramide des lumières sera détruite comme seront brisées ses courbes de fluctuations boursières issues des assignats, nous en vivons les soubresauts par un krach sournois.

Les lettres "Assemblée Nationale" ont disparu, au passage elles étaient au nombre de dix-huit, ce qui nous donne la lettre R, la république laissera sa place au roi comme le huit nous donne le H, le successeur du Béarnais, Henri le second.

Le fronton a perdu ses sculptures, les statues sont brisées ou disparues, une nouvelle ère commence, un juste retour des choses. Le Sacré-Cœur après de terribles événements nous a redonné son Lys caché, son fils chéri. Le siècle des lumières n’est plus tandis que la flamme de l’Esprit Saint semble éclairer les colonnes signifiant le triomphe de la Croix sur les ténèbres. Le personnage tient un verre renversé qui signale que la fête est finie, lui et les siens se sont bien repus. Le liquide s’écoule doucement tel un sablier qui se vide marquant la fin d’un temps.

Devant ce rêve éveillé en ce 18 mars 2020 où je rédige ces lignes, prions les Cœurs Unis alors que le danger est là. Le spectre d’un krach boursier et les restrictions inédites face à un virus qui gagne du terrain, cette fermeture des messes catholiques (après l’interdiction de communier à la bouche) et ce confinement quasi militaire, suffisent à nous convaincre que nous sommes bien en guerre mais cela nous le savions déjà.

Mon Dieu, nous vous supplions à genoux de nous donner le roi, Notre Dame de l’Espérance de Pontmain protégez-nous.

Matthieu chapitre 24, 1-15

1 Comme Jésus s’en allait, au sortir du temple, ses disciples s’approchèrent de lui pour lui en faire remarquer les constructions.

2 Mais prenant la parole il leur dit : "voyez-vous tous ces bâtiments ? Je vous le dis en vérité, il n’y sera pas laissé pierre sur pierre qui ne soit renversée".

3 Lorsqu’il se fut assis sur la montagne des Oliviers, ses disciples s’approchèrent et, seuls avec lui, lui dirent : "dites-nous quand ces choses arriveront, et quel sera le signe de votre avènement et de la fin du monde ?"

4 Jésus leur répondit : "prenez garde que nul ne vous séduise".

5 Car plusieurs viendront sous mon nom, disant : C’est moi qui suis le Christ, et ils en séduiront un grand nombre.

6 Vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerre ; n’en soyez pas troublés, car il faut que ces choses arrivent ; mais ce ne sera pas encore la fin

7 On verra s’élever nation contre nation, royaume contre royaume, et il y aura des pestes, des famines et des tremblements de terre en divers lieux.

8 Tout cela ne sera que le commencement des douleurs.

9 Alors on vous livrera aux tortures et on vous fera mourir, et vous serez en haine à toutes les nations, à cause de mon nom.

10 Alors aussi beaucoup failliront ; ils se trahiront et se haïront les uns les autres.

11 Et il s’élèvera plusieurs faux prophètes qui en séduiront un grand nombre.

12 Et à cause des progrès croissant de l’iniquité, la charité d’un grand nombre se refroidira.

13 Mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé.

14 Cet évangile du royaume sera prêché dans le monde entier, pour être un témoignage à toutes les nations ; alors viendra la fin.

15 Quand donc vous verrez l’abomination de la désolation, annoncée par le prophète Daniel, établie en lieu saint, que celui qui lit, entende ! ".

le politique sans-culottes, révolution française, régicide, Louis XVI, Danton, Robespierre, guillotine, massacres de septembre, noyade de Nantes, guerres de Vendée, chouans, Bretagne militaire, royalisme, providentialisme monarchiste
La Croix colonne vertébrale du Royaume de France, Henri V de la Croix, Marie-Julie Jahenny, la voile de l'Amour par Louis Chiren, le grand monarque
le politique sans-culottes, révolution française, régicide, Louis XVI, Danton, Robespierre, guillotine, massacres de septembre, noyade de Nantes, guerres de Vendée, chouans, Bretagne militaire, royalisme, providentialisme monarchiste

©Tous droits réservés à Louis Chiren

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now