Le miracle de la sainte ampoule

le miracle de la sainte ampoule, guêpier d'Europe, saint Matthieu chapître VI versets 24 à 34, le sacre du dernier roi de France, Henri V de la Croix, palais du Tau, miracle de la sainte ampoule, Saint Remi, baptême de Clovis, Louis Chiren artiste et poète inspiré d'oeuvres catholiques et royales

Cette œuvre est née les 27 et 31 octobre pour s’achever les 4 et 5 novembre 2020. Elle clôture ce premier site créé le 29 juillet 2015 lors de mon second pèlerinage à Sainte-Anne-d’Auray.

Elle est la cent quinzième illustration créée spécifiquement pour lui achevant un premier cycle dans cette aventure catholique et royale alliant le pinceau à la plume. Certaines peintures antérieures ont été utilisées car elles auguraient de cette geste. La première peinture sur bois datant du 21 février 2015 est le cartouche en l’honneur des gardes Suisses que vous pouvez apercevoir en bas de page.

Le 27 octobre 1614 s’ouvrait au couvent des Grands-Augustins les États-Généraux de la monarchie française. Ils furent les derniers avant ceux de 1789.

Le 31 octobre 1664 les troupes françaises sous le commandement du duc de Beaufort se retiraient de la ville de Jijel en petite Kabylie. Le jeune Louis XIV avait ordonné cette expédition afin de mettre fin au piratage barbaresque.

Le 4 novembre 1380 avait lieu le sacre de Charles VI en la cathédrale de Reims, il était le père du petit roi de Bourges, celui que Jeanne mena au trône, Charles VII. Enfin le 5 novembre marque le cent quarante quatrième anniversaire de la 13ème apparition de Pellevoisin. À cette occasion la voyante Estelle Faguette demandera à la Très Sainte Vierge la raison pour laquelle elle avait été choisie : "Je t’ai choisie…Je choisis les petits et les faibles pour ma gloire…Courage, le temps de tes épreuves va commencer ".

C’est en méditant les paroles de saint Matthieu au chapitre VI versets 24 à 34 que cette inspiration m’est venue :

"Nul ne peut servir deux maîtres : car ou il haïra l’un et aimera l’autre, ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon. C’est pourquoi je vous dis : ne vous inquiétez point pour votre vie, de ce que vous mangerez, ni pour votre corps, de quoi vous le vêtirez. La vie n’est-elle pas plus que la nourriture, et le corps que le vêtement ? Regardez les oiseaux du Ciel : ils ne sèment, ni ne moissonnent, ni ne recueillent dans les greniers, et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ? Qui de vous pourrait, à force d’industrie, ajouter à sa taille la hauteur d’une coudée ? Et le vêtement, pourquoi vous en inquiétez-vous ? Considérez les lis des champs, comment ils croissent : ils ne travaillent, ni ne filent. Et cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n’était pas vêtu comme l’un d’eux. Que si Dieu revêt ainsi l’herbe des champs, qui est aujourd’hui, et demain sera jetée dans le four, combien plus le fera-t-il pour vous, gens de peu de foi ? Ne vous mettez donc point en peine, disant : que mangerons-nous, ou que boirons-nous, ou de quoi nous vêtirons-nous ? Car ce sont les gentils qui s’inquiètent de toutes ces choses, et votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez donc premièrement le royaume de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît. N’ayez donc point de souci du lendemain; le lendemain aura soin de lui-même. À chaque jour suffit sa peine ".

Que rajouter à ces paroles de Vérité si riches de sens. Nous sommes probablement la génération à qui il est demandé d’espérer en Dieu plus que tout alors que la France est au summum de ses reniements. C’est cette marque de confiance surnaturelle qu’il demande au petit reste pour qu’intervienne son Fils.

Cette illustration vous présente deux guêpiers entourant la sainte ampoule. Comme vous le savez une colombe la présenta à saint Remi lors du sacre de Clovis, elle est à l’origine de la naissance de la France royale. En partie détruite à la révolution, une quantité infime a été sauvée et demeure sous la protection de l’archevêque de Reims, gage d’une renaissance à venir. Les oiseaux dans l’iconographie catholique symbolisent les âmes ainsi que les anges. La présence de l’Esprit Saint en souvenir du miracle et dans l’espoir de celui  qui vient est rappelé par deux ailes entourant le saint réceptacle. Le choix des guêpiers d’Europe s’est fait par la beauté étonnante de cet oiseau aux couleurs si vivantes, à l’image des dons de Dieu. Il est considéré comme ayant un effet sur les milieux arides, c’est un oiseau migrateur qui se nourrit de guêpes, d’abeilles de frelons et autres hyménoptères. En France on le retrouve dans de nombreuses régions qui vont de la vallée de la Saône en passant par l’Allier, la Bretagne, les Pyrénées-Orientales ou la plaine du Roussillon.

Ces deux oiseaux font référence au texte saint cité plus haut, ils nous représentent comme ils représentent les âmes défuntes et les anges qui œuvrent à la Gloire de Dieu.

Un signe émouvant se présenta à moi ce matin du 7 novembre 2020 alors que je devais achever ce texte. Un oiseau percuta une vitre tandis que j’étais dans mon jardin, tombant au sol inanimé. Le ramassant, je vis que c’était un petit rouge-gorge aux couleurs délicates. Je le gardais précieusement dans le creux de ma main espérant qu’il reprenne vie. Je ne pus m’empêcher de penser à mon illustration qui s’était achevée deux jours avant. Le Ciel m’envoyait cette petite créature. Elle mit bien cinq minutes ayant repris ses esprits avant de s’envoler comme si elle ne voulait plus quitter le creux de ma main.

Quel merveilleux cadeau du Bon Dieu lorsque l’on sait que le rouge-gorge est relié à la mort de Jésus, à sa Passion. L’on raconte qu’il s’approcha de Notre Seigneur en Croix et se posa sur son épaule. De ses ailes il essuya ses larmes et de son bec arracha les épines qui blessaient sa tête. Une goutte du précieux sang tomba sur sa gorge colorant à jamais son plumage. Il est considéré comme un cadeau divin, comme un signe de soutien du Ciel. Il annonce la bonne nouvelle, le dénouement d’une situation bloquée. Ses plumes représentent la charité, on le nomme parfois le petit roi.

C’est sur ces paroles de réconfort que s’achève ce premier site, rendant grâce à Dieu pour les talents dont-il nous a pourvus. Rempli d’espérance malgré le climat délétère dont nous sommes entourés. "Fiance en Dieu, Fiance certaine", le bon roi nous sera donné, le Père Céleste sait que nous en avons besoin. Le rouge-gorge, petit monarque messager du Ciel nous le fait espérer.

Cartouche de bois peint par Louis Chiren, Helvetiorum Fidei ac Virtuti, gardes Suisses de Louis XVI, monument du lion de Lucerne, journée du 10 août 1792

Tous droits réservés à Louis Chiren