La voile de l'Amour

J’écris ces lignes ce 15 avril 2019 à l’heure où Notre-Dame de Paris est sous les flammes. C’est le cœur de la France, le point géodésique central d’où partent toutes les routes de France, un grand signe eschatologique et spirituel. L’Église attaquée de toute part à l’intérieur et à l’extérieur ne disparaîtra jamais. Le trésor le plus précieux, qu’abritent ces vaisseaux de pierres bâtis pour la plus grande gloire de Dieu se trouve dans les tabernacles, c’est la présence réelle de notre Créateur. Les bâtisseurs le savaient bien redoublant d’ardeur et de créativité.

Les mots du Christ en cette semaine sainte résonnent dans nos âmes : "détruisez ce temple et en trois jours je le relèverai".

Le Ciel est à l’œuvre et en a décidé ainsi ce premier jour de la semaine Sainte.

Il lui appartient d’en révéler plus mais nos âmes catholiques ressentent le châtiment qui monte, les cœurs et les esprits sont frappés et ce n’est pas fini, j’en ai bien peur.

La couronne d’épines était présente dans la cathédrale comme sur cette illustration, saint Louis la rapporta ainsi que la Sainte Croix. J’en dirai plus dans les lignes qui suivent.

J’ai été interpellé par le fait que cette illustration qui est la 84ème de cette aventure depuis le 29 juillet 2015 coïncide avec la 84ème supplique de Pontmain initiée par Chouan de cœur.

La 83ème illustration n’a pas été publiée, un incident technique l’a abîmée, je devrai me remettre à l’ouvrage. Si cela n’avait pas été le cas, cette illustration ne serait jamais née.

Cinq jours ont été nécessaires pour la concevoir. Initiée le 31 mars, poursuivie les 6, 7 et 13 avril, elle s’est achevée le 14 avril 2019 pour le dimanche des rameaux.

Le 31 mars 1146, saint Bernard lançait la seconde croisade sur la colline de Vézelay le jour de Pâques. Le 31 mars 1547 François 1er rendait son âme à Dieu à Rambouillet.

Le 6 avril 1793 le comité de salut public était constitué, le 6 avril 1814 le Lys était de retour en la personne de Louis XVIII.

Le 7 avril de l’an 30 est la date fixée par les historiens pour la mort du Christ.

Achevée le jour des Rameaux, nous pouvons espérer que le triomphe du Christ Roi se fera jour par l’arrivée de son lieutenant.

La coque d’un navire s’est encore imposée pour cette création. Je pensais à la flotte providentialiste mais elle n’est pas la seule à être concernée.

Cette coque, c’est également L’Église qui traverse les siècles malgré les tempêtes et que le Christ fera triompher, il en est le phare. Pensez au songe des trois blancheurs de saint Jean Bosco. La Croix se dresse fièrement, salvatrice, à la gloire de Notre Sauveur. Une Ostie argentée se trouve en arrière-plan indiquant le plus grand miracle de miséricorde que fit le fils de Dieu en s’incarnant dans les Saintes Espèces.

Présente dans le songe de Don Bosco, l’eucharistie symbolise la voie royale qui mène au salut.

La Sainte Couronne entoure la composition, revêtant le vert de l’Espérance, devise des Bourbons et aux cœurs des royalistes providentialistes.

Saint Louis ainsi que je le disais, s’est imposé en figure de proue comme l’exemple le plus haut de la fonction royale jusqu'à en perdre la vie lors de la huitième croisade payant de sa personne, au pied des murailles de Tunis.

Unissant toute la lignée de nos rois, il est le Lys qui appelle le dernier Lys tant attendu. Les Cœurs Sacrés de Jésus et de Marie sont de part et d’autre de la Sainte Croix, en grande union, leur souffrance se faisant voir par le sang qui s’écoule de leurs plaies. La Foi, l’Espérance et la Charité, vertus théologales sont symbolisées par la Croix, les ancres de marines et les Cœurs Sacrés.

Saint Louis fer de lance des croisades en France rappelle que de nos jours des cœurs se sont croisés également venant de sensibilités différentes, en très petit nombre mais ces petits ruisseaux deviendront des torrents aux jours décisifs pour le redressement de la fille aînée de L’Église par son bon roi.

Cette représentation religieuse est cadrée en partie haute "à l’italienne" telle une voile précieuse, faisant échos aux extases de Marie Julie Jahenny.

Noirs complots, Paris, le roi, extase du 1er juin 1877 :

"Ô Henri, mon serviteur ne vois-tu pas la voile de mon Amour qui vogue vers tes régions lointaines ? Cette voile se forme comme un pavillon !  Tu marcheras sous cette voile, toi et tes chers compagnons et les soldats de ta cause".

Voilà chers amis ce que j’ai voulu représenter par cette illustration.

Cette équipée cheminant sous la protection de la Croix, de l’eucharistie, des deux Cœurs Unis pour le triomphe de la Sainte Église dont les portes de l’enfer ne pourront triompher, avec l’aide du roi Très chrétien promis par nombre de prophéties et que le navire providentialiste incarne en cette pré-fin des temps.

Je vous souhaite à toutes et tous de saintes fêtes de Pâques sous la voile de l’Amour qui emportera tout. Nous reconstruirons nos cathédrales et nos trésors perdus, entraîné par le bon roi tant attendu, pour la plus grande gloire de Dieu n’oubliant jamais que le plus grand de nos trésors à protéger, c’est notre âme et que le plus beau des royaumes est au Ciel.

En union de prière en Jésus par Marie.

la révélation du roi par Louis Chiren, ville d'Antibes fidèle à la couronne de France

Tous droits réservés à Louis Chiren

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now