La chevalerie providentialiste

Cette œuvre est née le 28 janvier 2018 plaçant cette année sur la voie de l’espérance.
Elle a pris fin ce 4 février, deux jours de création pour une inspiration guidée dont je vous donnerai les grandes lignes.
Pour le 28 janvier je retiendrai deux dates dans l’histoire. Celle du 28 janvier 1794 lorsqu’une balle frappa à mort Henri du Vergier, comte de la Rochejaquelein : "allons chercher l’ennemi, si je recule tuez-moi , si j’avance suivez-moi, si je meurs vengez-moi".

Le 28 janvier 1871 marquait la signature de l’armistice franco-allemand.
Nous ne pouvons que faire le lien avec les apparitions de Pontmain le 17 janvier 1871.
Notre Dame l’avait annoncé : "Dieu vous exaucera en peu de temps".

Comment sont nées ces armes. Et bien peu de temps avant l’annonce de la Charte de Fontevrault, du débat qui réunirait monsieur Alain Texier au forum légitimiste du "prince de Talmont", une couleur s’était manifestée dans ma tête. Elle était bleue.

Sur le moment je n’y avais porté qu’une attention infime ne pouvant en saisir le sens.
Puis le débat s’est animé sur le blog de la Charte, j’y ai pris part comme vous le savez.
Jusqu’à cette intervention de madame Guillermont qui pour lors agissait en ambassadrice passionnée.
C’était le 7 janvier 2018 à 22:42 :

"Si un de nos chevaliers est maltraité par le nombre bien que capable de tenir ferme et bon ; cela est à mon sens une conspiration à sa perte, ce fait est d’autant plus étonnant que la fraternité entre chevaliers (fond bleu, couleur mariale) est sous la protection de Marie…cela pose question pour le rapport à la vraie foi des Légitimistes".

C’est ainsi que tout naturellement je dédis cette illustration à madame Guillermont qui bien souvent répond en échos à mon travail pour le Ciel.

L’illustration vous présente un Lys d’or ramifié laissant percer le bleu de Marie, c’est tout l’amour qu’elle nous donne et l’amour que nous redonnons aux âmes blessées. C’est notre équipée chevaleresque providentialiste. C’est le dernier Lys, symbolisant le roi caché, devenu le plus bel arbre de la forêt. Cette dernière étant peut-être celle des prétendants, desquels il se distinguera par le choix divin. Un bandeau violet ceinture ce lys, frappé d’une Croix. C’est la marque du deuil du roi caché. Seuls les rois de France pouvaient porter la couleur violette ou pourpre en cas de deuil. Le deuil de son aïeul Louis XVI, le deuil de sa branche marquée par l’exil et la déchéance du trône. Du reste pour obtenir un violet il faut ajouter au bleu du rouge. Le sang de Louis s’est bien mêlé aux armes bleutées de sa branche. Pour la branche cachée, l’exil n’implique pas seulement l’éloignement mais aussi le fait qu’elle ne règne pas.

Il existait un ordre du lévrier ou de la fidélité, ou compagnie du lévrier blanc, créé le 31 mai 1416 par Louis 1er cardinal-duc de Bar, ordre de chevalerie barrois du XVème siècle.
Il avait été instauré de manière statutaire. L’insigne distinctif de l’ordre était un lévrier blanc ayant au cou un collier portant les mots : Tout VNG (Tous un).

Tous ses membres étaient tenus de le porter pour une durée de cinq ans. Il fut maintenu à perpétuité sous le nom d’Ordre de Saint-Hubert.

Le roi saint Louis rapporta le lévrier afghan des croisades, symbole de fidélité et de courage, il figure dans certaines armoiries (y compris les armes de France) et dans les sculptures des gisants.

La catégorie des chiens de chasse prit au moyen Âge seigneurs féodaux lorsqu’ils ne faisaient pas la 

La chasse constituait leur passe-temps favori.

 marque le début de la vénerie.

une grande importance du fait que les rois et les  guerre se livraient à la poursuite du gibier.

Le règne de Charlemagne, comme celui de St Louis,

Voir le blason ci contre , lévriers autour des Lys.

Lévriers en sautoir entourant les armes de France

Les lévriers à poil long ou court étaient de tous les chiens ceux qui avaient la faveur de la noblesse. Ils vivaient dans l’intimité de leur maître et figuraient sur leurs blasons.

Le lévrier et le mâtin ont produit le lévrier métis que l’on appelle aussi le lévrier à poil de loup, ce métis possédait le museau moins effilé que celui du franc lévrier.

Sous Louis XIV dans la maison du roi on comptait:
1 capitaine des levrettes et lévriers et 4 valets et gardes des levrettes.
En héraldique c’est la race de chiens la plus représentée.

Le tombeau de François II, duc de Bretagne et de sa femme Marguerite de Foix est un monument funéraire qui se trouve à Nantes dans la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul.
Il fut réalisé en marbre de Carrare au début du XVIème siècle par Michel Colombe (sculpteur) et Jehan Perréal (architecte).

Un lévrier, orienté à l’opposé du lion, est allongé aux pieds de la duchesse. À son collier orné d’hermine est attaché l’ordre de la cordelière créé par Anne de Bretagne après la mort de ses parents. Il présente entre ses pattes avant les armoiries mi-parties de la Bretagne (partie gauche) et de Foix-Béarn-Navarre (partie droite), armes héritées de son père Gaston IV de Foix-Béarn et de sa mère Éléonore de Navarre.

Une légende a attribué à un lévrier le pouvoir de guérir à titre posthume les enfants dans la région lyonnaise. Il s’agit du saint lévrier Guinefort, guérisseur d’enfants.

À la bataille d’Auray qui opposa la France à la Bretagne un lévrier blanc vint s’ajouter à la légende pour désigner le vainqueur.

Que cette illustration marque un temps d’arrêt dans cette espérance qui nous tient en alerte. Qu’elle soit également la matérialisation de l’épopée providentialiste qui espère et implore la divine providence. Des générations nous précèdent dans l’évocation du grand monarque. Dieu a ses desseins que la raison ignore. Que Notre-Dame de Pontmain exauce nos prières.

Tous droits réservés à Louis Chiren

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now